Cette etonnante phobie temoigne de la angoisse et d’une gene qui concerne plus de monde qu’on ne le pense

Parler au portable est un veritable defi pour quelques gens.

C’est peut-etre l’objet du quotidien auquel nous tenons le plus. Photos perso, textos de les amis, applications qui nous facilitent le quotidien: le smartphone renferme toute notre life. Reflet de votre que nous sommes, nous sommes nombreux a y etre visceralement attaches.

Mais De surcroit et puis, il parait servir a bien. sauf a telephoner. Pire, la plupart personnes seront maintenant angoissees a l’idee meme de prendre votre appel. Cet acte anodin coute notamment beaucoup a Sofia, 30 ans. “J’aime pas que l’on m’appelle, avoue-t-elle de but en blanc. D’ailleurs mon portable reste tres souvent en silencieux. Je trouve reellement desagreable de devenir rappelee a l’ordre avec une sonnerie stridente ainsi que devoir me soumettre aux exigences de celui qui m’appelle. Resultat, je ne reponds presque jamais.”

Un geste de moins en moins indispensable

dating website seattle

“Il faut faire une distinction entre l’aversion et la pathologie, avance Boris Charpentier, psychologue. Di?s lors, la peur du portable peut temoigner d’une phobie sociale ou de la depression. Elle est en mesure de venir d’une anxiete generalisee ou d’un trauma, survenu il y a longtemps, comme une mauvaise nouvelle apprise au telephone. On est alors conditionne via votre ressenti negatif et l’on peut observer des symptomes physiques.”

D’autres cas, bien moins graves temoignent pourtant d’une evolution progressive des modes de communications. Avec la banalisation des textos et autres chats proposees sur Snapchat, Instagram ou Facebook, parler au telephone semble de moins en moins indispensable pour joindre ses amis. Et cela autrefois necessitait un appel -comme prendre un rendez-vous chez le medecin ou reserver une table au restaurant- peut desormais se faire en quelques clics sur internet.

Le territoire de l’improvisation

Une veritable aubaine Afin de nos phobiques de l’appel qui mettent en place des strategies d’evitement. “J’ai l’impression qu’au fond ceci arrange tout le monde de ne plus avoir besoin de se parler pour organiser sa vie. Pour une communication purement factuelle, je me contente de rediger un message. Cela suffira amplement!”, estime Lucie, 31 annees, qui possi?de elle aussi de plus outre en gali?re a decrocher son telephone.

De surcroit en plus desincarnee, notre maniere d’interagir avec les autres conduit a un rapport frileux a Notre parole. Peut-etre aussi car ia reste le territoire de l’improvisation. A l’inverse d’un texto qu’on peut affirmer, reflechir et composer soigneusement, telephoner, c’est devoir reagir a autre reel, sans possibilite de se rattraper en cas de bourde. “Mes personnes ayant peur du portable ont une peur irrationnelle de de ne pas savoir quoi dire, de se fourvoyer, de en gali?re Realiser, abonde Boris Charpentier. Au fond, elles ont peur de devenir juges negativement via leur interlocuteur.”

“C’est particulierement notable dans les rapports amoureux, reprend Lucie. Avec Tinder, on peut discuter avec un quidam, se fixer rendez-vous sans meme avoir besoin de se parler directement. Je n’ose meme pas imaginer a quel point je serais genee s’il fallait parler au telephone avant de se voir !”

“J’me sens pris en otage”

women lose the dating game

Telephoner devient alors un geste intime que l’on reserve a une poignee d’elus, famille ou amis. “Ma mere m’appelle toute nos semaines. Je reponds meme si cela me coute, raconte Victor, 28 ans. Ce que je n’aime nullement dans le portable, c’est que je me aisle avis sens pris en otage. J’habite oblige de focaliser mon attention dans le interlocuteur aussi si votre n’est nullement le bon moment pour moi”, lance-t-il.

En nous permettant de degoter des alternatives a un appel, la technologie a modifie notre rapport a Notre politesse. Nous estimons ne plus avoir le temps d’une longue conversation telephonique tel a l’epoque des postes fixes.

Appeler de maniere impromptue revient a s’immiscer dans notre vie de l’autre sans y avoir ete invite, a le deranger, voire a susciter de l’angoisse. “les copains savent que je n’aime nullement le telephone. C’est irrationnel mais quand je tombe sur qu’on cherche a me joindre, je ne pourrais jamais m’empecher de me dire qu’il se marche quelque chose, qu’il y a votre probleme. Notre pire c’est quand un quidam m’appelle tout d’un 06 inconnu. Je stresse immediatement”, confie Sofia.

“depuis plus d’incomprehensions qu’a l’oral”

Pourtant si l’appel telephonique parait tomber encore qui plus est en desuetude, plusieurs refractaires tachent d’y repasser. Communiquer presque exclusivement par ecrit desincarne, altere le sens du message. A force de raconter des vies par textos, on en perd la subtilite de notre pensee.

“Je le constate particulierement quand je passe un long moment a echanger dans 1 chat avec des amies. On se confie des trucs perso mais le style, nos nuances, nos intonations n’y seront nullement. J’ai conversation se fait de plus qui plus est plate et il y a plus d’incomprehensions qu’a l’oral, admet Lucie. De quoi me faire reconsiderer legerement mon aversion pour le portable.”

Condividi: